Drosera

Avril à mai 2006

Communauté de communes des Portes de l'Essonne

Foltz Sandra (2006)

Les lampadaires s’enrhument. Le premier réverbère contaminé est celui de Viry-Châtillon, situé sur le chemin reliant le cinéma Le Calypso au parking. Des éternuements successifs se déclenchent à chaque passage de piétons. L’intensité sonore des éternuements enregistrés impulse une intensité lumineuse par le biais d’un modulateur. Chaque fois qu’un éternuement se fait entendre, le lampadaire s’allume et produit « une éclaboussure lumineuse ».

La contamination se poursuit, comme par l’intermédiaire d’un réseau souterrain, sur les lampes du hall d’accueil du cinéma Varda de Juvisy-sur-Orge situé à quelques pas du premier. A l’intérieur cette fois-ci, les lampes attendent les cinéphiles. L’épidémie se répand sur un des lampadaires doté de jardinières à Gometz-le-Châtel.

 

Foltz Sandra (2006)

Le travail de Sandra Foltz est traversé par des thématiques liées aussi bien à la naissance d'un territoire mental qu'au parcours physique de l'espace. Le contexte urbain fait partie de son quotidien. Sa réflexion porte, entre autres, sur les différents flux temporels et relationnels qui s'y confrontent. Ses oeuvres, ainsi que celles qui sont réalisées en collaboration avec Laurent Sfar sont souvent directement intégrées au tissu urbain ou en rapport avec celui-ci. D'une manière générale, elle envisage les lieux et ses contraintes comme un élément constitutif de l'ouvre. Celle-ci s'intègre à un contexte donné pour y introduire un élément de perturbation, un corps étranger qui intervient comme un révélateur, un outil d'exploration de la réalité.

Communauté de communes des Portes de l'Essonne

Communauté de communes des Portes de l'Essonne, Rue Piver, Juvisy-sur-Orge, France