En réunion à l’extérieur

Avril à mai 2006

Gometz-le-Châtel

Sfar Laurent (2006)

Cette horloge de quinze heures est suspendue derrière une vitrine de la salle des fêtes de Gometz-le-Châtel. Elle est alimentée par un panneau solaire qui rappelle la mesure du temps traditionnelle : des tâches journalières auparavant organisées suivant le soleil, le cadran solaire et les variations au fil des saisons. Plus tard, avec l’industrialisation et les chemins de fer s’est imposé un découpage calibré des journées.  L’apport d’énergie traditionnelle et la forme circulaire du cadran sont les marques de cette évolution historique du temps. On passe d’un standard de vingt-quatre à trente heures. L’utilisation et le détournement de cet objet nous donnent une autre approche du temps. Ils nous ramènent à notre propre conception du temps, à notre quotidien et aux questions d’actualité concernant la réduction du temps de travail, les trente-cinq heures, et ce remaniement du temps pour laisser place à des loisirs.

Sfar Laurent (2006)

Laurent Sfar travaille sur les absurdités du monde. De la Table de ping-pong séparée par un mur (exposition à l’Espace d’art contemporain Camille Lambert à Juvisy-sur-Orge) jusqu’au Pique-nique de sangliers pour Sén’art en Forêt, l’artiste ne laisse rien en place et bouscule nos références communes. Sa réflexion porte sur l’espace urbain, lieu à travers lequel différents flux temporels et relationnels se confrontent. Le travail de Laurent Sfar prend forme par des gestes ou des actions posées dans l’espace public grâce à des dispositifs technologiques sophistiqués (caméras de surveillance) ou très simples (des lacets trop longs). C’est un questionnement qui va au-delà de la perturbation de l’ordinaire dans le quotidien, c’est sur la nature du geste artistique que l’on est amené à réfléchir.

Gometz-le-Châtel

Gometz-le-Châtel, France