TRAS_1et2_12_15

3 décembre 2015

TRAS / TRANSVERSALE DES RESEAUX ARTS SCIENCES – PARIS

2 Décembre 2015: Cinquième réunion de la TRAS à la Maison des Métallos à Paris. Etaient présents les représentants de scènes nationales, d’institutions (CNES, Universités, Centre Pompidou), de collectifs et de centres Art & Science de nombreuses régions. Citons, Grenoble, Creil, Lyon, Paris et IDF (Evry, Chilly Mazarin, St Quentin en Yvelines), Bordeaux, Cherbourg, Albi, Montluçon, Valence, Compiègne, Nantes St Nazaire, Port St Louis du Rhône (13320), Reims, Pays de la Loire. Belle représentation nationale qui a permis à la fois d’ouvrir de nouvelles perspectives sur les actions à mener en commun et de poser des questions de fond quant au mode de fonctionnement de terrain de la TRAS. Après avoir fait un tour d’horizon des productions originales ou des chantiers Art & Science actuellement en lumière comme Kyoto for Ever (COP28), la compagnie Ouvre le Chien avec Renaud Cojo présentée à Bordeaux ou le travail de Chlöe Moglia, la charte de la TRAS a été amendée et définitivement validée par l’ensemble des partenaires présents. C’est une belle victoire, d’autant qu’outre la diversité régionale, ce sont autant les arts plastiques que les arts de la rue, de la marionnette, du cirque,  du théâtre, de la musique ou de la danse qui étaient représentés ! Plusieurs sujets de fond ont été ensuite abordés sur les liens entre art et science, la place de la technologie et du numérique, la notion de performance, la place du spectacle vivant par rapport aux oeuvres plastiques, la nécessité de créer des espaces de recherche et de rencontre communs à l’artiste et au scientifique (incubateurs, ateliers ou plateaux précédant le lancement des projets);  autrement dit de favoriser  la réciprocité, l’intermédialité, les nouvelles formes et la construction de projets en amont. Le rôle de la Transversale est à ce stade de s’adresser à ces différentes temporalités, à la diversité des langages, à la co-construction des projets art-science à la fois dans leurs phases de recherche et de mise au point, puis de production et de diffusion. LA TRAS se confirme donc être une structure ouverte, de partage d’expériences et de pratiques artistiques chargée d’encadrer et de fédérer les initiatives territoriales en constituant des bases de données nationales prenant en compte la spécificité du rapport art-science. Elle se donne également comme mission  de rechercher des financements propres au niveau ministériel et européen afin de soutenir et de pérenniser cette activité.   (Photo: James Bullough, Street Art 3)