TRAS 10 Creil

17 mars 2017

TRAS / TRANSVERSALE DES RESEAUX ARTS SCIENCES – CREIL

15-16 Mars 2017: Les 10ème rencontres de la TRAS se sont tenues à la Faïencerie de Creil-Chambly lors du festival FASTE V dans l’objectif de consolider le réseau (point sur les cotisations et les actions prioritaires à mener, préparation des interventions d’Avignon), de faire un état d’avancement des actions des commissions et d’avoir un retour des régions en table ronde avec les représentants des Hauts de France (Ombellisience et INERIS) et de la cellule innovation du CEA de Grenoble. De nombreux échanges à ce propos sur la spécificité du secteur Art & Science par rapport au domaine AST/CST plus global, de la transversalité et notamment de l’exemple de la réussite du consortium mis en place par Ombelliscience dans la région Picardie–Hauts de France. Étaient présents, outre nos membres réguliers, la nouvelle stagiaire de la TRAS, Mélissa Malo et Jonathan Thonon, nouveau membre européen de la TRAS (Théâtre de Liège).  Les échanges, très riches, ont permis d’avancer sur les outils de partage des projets grâce au travail mené par la commission Veille/Plateforme, notamment Thierry Besche, Marc-W. Debono, Théophile Clet et Anthony Valchev (catégorisation contributive et mise en relation des productions arts-sciences proposées par des membres du réseau TRAS). De même, il a été décidé de mener une action systématique de repérage, de partage et d’estampillage des projets TRAS jugés comme répondant à notre cahier des charges. Concernant l’artistique, notre hôte Grégoire Harel avait prévu une visite des expositions Faste V dans le Hall de la Faïencerie, 4 sessions de pitch-projets avec un binôme de la compagnie Les sens des mots (T. Rossigneux), Christophe Pradere en duplex, David Wahl (causeries), la compagnie chorégraphique Alter Sessio et Halory Goerger (Four For/For Morton Feldman) et trois spectacles complets : La vie curieuse et secrète de D. Wahl au Musée Gallé-Juillet de Creil et deux éditions de Binôme #7 (Un gamin au jardin et Effondrements) à la maison de la Pierre à St Maximin où toute l’équipe de la TRAS casquée (photo) a notamment affronté avec le nombreux public les risques ‘d’effondrement(s)’ mis en scène par Isabelle Contrucci de l’INERIS, Lucie Depauw et les comédiens de Binôme #7. La prochaine réunion de la TRAS prévoit un point complet sur la commission plateforme. Elle aura lieu à Port St Louis du Rhône les 1-2 Juin, peu avant la conférence de presse d’Avignon, tandis que notre dernière rencontre de l’année aura lieu les 8-9 novembre 2017 lors de La Science de l’Art en Essonne.

bx3

6 décembre 2016

TRAS / TRANSVERSALE DES RÉSEAUX ARTS SCIENCES – BORDEAUX

28-29 Novembre 2016: Accueillie par l’OARA (Office Artistique de la région Nouvelle Aquitaine) représenté par Joël Brouch et l’Université de Bordeaux, représentée par Vanessa Oltra-Guillet qui organise  le festival FACTS, cette 9ème réunion de la TRAS avait comme objectif d’établir la gouvernance, le financement et la coordination du réseau. Les membres de la TRAS sont à présent 25 sur le territoire national, avec l’entrée récente de L-EST (Montbéliard, Belfort) rejoignant ARCADI (Paris, IDF) et l’OARA (Nouvelle Aquitaine) déjà cooptés par le bureau. Le réseau sera porté par l’Hexagone de Meylan dans un budget identifié, car il ne souhaite pas s’organiser en association à l’heure actuelle. Parmi les actions envisagées en 2017:  la mise en place indispensable d’outils de réseau (internet-communication-web partagé); la pérennisation du groupe de travail veille/plateforme assurant la promotion des projets arts-sciences qui s’est déjà réuni à l’IRI à Paris et travaille en vue de la présentation d’un séminaire interdisciplinaire comme étape préparatoire d’un ANR; un état des lieux et la construction d’un carnet d’offres en matière d’éducation artistique et culturelle (EAC) art-science et enfin la préparation pour la prochaine réunion du réseau prévu en mars 2017 à Creil d’un colloque sur la place et les enjeux d’AST dans les nouvelles grandes régions. Globalement, la TRAS ancre son action et s’engage fortement dans l’incitation d’une pensée transversale des politiques publiques et des partenariats stratégiques trans-sectoriels nationaux et européens.

cnam-rc21-25-nov-2016

3 décembre 2016

Réseau Culture21 / Création ? – Paris

24-25 Novembre 2016: Dans le cadre des actions de formation-action du Réseau culture 21 chargé d’établir des analyses du processus de création au regard des droits culturels établis dans la déclaration de Fribourg, M-W Debono a présenté un cas d’école  intitulé « La sensibilité des plantes » le 25 Novembre au CNAM en présence des différents acteurs du réseau. La matinée a été consacrée au récit cartographié de la genèse de la découverte scientifique, tandis que l’après midi a permis de rapporter les enjeux historiques et les problématiques posées à un certain nombre de droits culturels énoncés. Les débats très riches ont permis aux analystes du réseau C21 de faire une synthèse des ateliers du 24 et du 25 Novembre et de tirer maints enseignements quant aux ressources, aux communautés et aux coopérations sous-tendant le processus de création dans sa globalité.

25 octobre 2016

CoPil / Diagonale Paris Saclay

21 Octobre 2016: Le Collectif pour la Culture en Essonne ( CC91) représenté par M-W Debono (A. Douté suppléant) vient d’être élu pour deux ans au comité de pilotage de la Diagonale Paris Saclay. Important challenge et investissement pour le pôle Art & Science et un grand pas dans la mutualisation des réseaux en IDF.

xpta

13 octobre 2016

TRAS / TRANSVERSALE DES RÉSEAUX ARTS SCIENCES – GRENOBLE

4-5 Octobre 2016: La 8ème réunion de la TRAS s’est tenue à Grenoble en marge de la 6ème édition du salon AST EXPERIMENTA 2016, toujours aussi riche d’évènements et de productions art et science. De nombreuses décisions stratégiques (demandes de subventions, mode de gouvernance, structuration du champ art et science, création de plateformes, etc..) y ont été prises. De nouveaux membres ont de même été co-optés par le bureau, dont l’OARA (Office régional artistique de la Nouvelle Aquitaine, Bordeaux), le théâtre de Liège, Lieu Multiple (Poitiers) et ARCADI (IDF) et la formation de groupes de travail en rapport avec les objectifs de la TRAS comme la veille et les plateformes, la structuration politique, la construction de la relation avec l’enseignement supérieur et la recherche et l’éducation artistique, ont été mis en place. Enfin, une place importante a été laissée aux échanges artistiques en vue de co-productions communes. Une journée professionnelle incluant une table ronde animée par notre ami Nicolas Rosette intitulée « L’art est-il une partie de go ? Les relations entre artistes et intelligence artificielle » a également eu lieu le 5 Octobre. Elle a réuni de nombreux intervenants comme Théophile Ohlman, Elie Commins, Vincent Le Cerf ou Véronique Aubergé et une présentation de la compagnie Clair Obscur intitulée « #SoftLove ».

 

piano_hammer-wikipedia

5 octobre 2016

Workshop Jazz et créativité – Marseille

19-20 Septembre 2016: Workshop sur le processus de créativité ayant parmi ses objectifs la création de la version beta d’un jeu-spectacle destiné à captiver le public sur les nouvelles formes d’intelligence comme l’intuition, la capacité d’improvisation ou les prémisses scénographiques. Organisé par l’atelier arts sciences de Meylan et le groupe BNP Paribas, il a réuni en brainstorming et en jeu de rôles pendant 2 jours des chercheurs, des neuroscientifiques, dont Théophile Ohlmann et M-W Debono, la compagnie de théâtre n+1, la coopérative de jeux Eludi et des jazzman confirmés.

IMG_20160401_213217

4 avril 2016

TRAS / TRANSVERSALE DES RÉSEAUX ARTS SCIENCES – ALBI

4 Avril 2016: La 7ème réunion de la TRAS s’est tenue lors des JIM (Journées d’informatique musicale : 31 Mars-2 Avril 2016) d’Albi. Outre des échanges très fournis sur l’artistique la première journée – Primitifs de Michel Schweitzer, Jamais assez de Fabrice Lambert, L’atome de Julien Avril, Poèmes en volume de Donatien Garnier, Debussy 3.0 de Gaël Domenger, La folie kilomètre de Valérie November, Invisibility de Reanaud Cojo, L’Art de la jonglerie musicale de Vincent Lavenère, Big Freeze de Thomas Poitevin, Les choses de rien, Boris Gibé à l’Hexagone, L’absolu sur la Scène Nationale de Besançon) -, il s’est agi d’organiser la conférence de presse annonçant officiellement la naissance de la TRAS en juillet prochain au festival d’Avignon en présence de l’ANR et de la mission recherche du Ministère de la Culture, de décider des modalités d’édition multilingue et de diffusion de la charte de la TRAS, ainsi que de préciser sa gouvernance et son organisation. Parmi les points importants soulevés : la nécessité d’une structuration,  la mise en place d’une veille technologique (de nouveaux métiers se créent en ce sens comme les RIM-RAM : réalisateurs en informatique musicale ou en arts numériques nous indique notre hôte Thierry Besche, allusion à la French Tech), scientifique et sur les pratiques artistiques ou encore la coopération entre réseaux nationaux et européens (mutualisation, co-productions collectives et sur plusieurs pays, etc..). Outre les membres présents de la TRAS, incluant la FACTS et l’université de Bordeaux, le Citron Jaune de Port St Louis du Rhône, l’Hexagone de Meylan, Le TNG de Lyon, l’Athenor de Nantes St Nazaire, la Faïencerie de Creil, le GMEA d’Albi, la SN de St Quentin en Yvelines, étaient invités Martine Legrand, directrice de la SN d’Albi et Thomas Jacques Le Seigneur, coordinateur de la mission recherche de la DGCA (Ministère de la Culture, Sous direction à l’emploi, l’enseignement et la recherche), qui nous a présenté sa structure (accord cadre du CNRS) et ses principaux objectifs (recherche en art, approche transversale, aides au projet dans l’ensemble des domaines artistiques, création à terme d’un portail et/ou d’une plateforme dédiée..). Enfin, un agenda des futurs rdv de la TRAS a été dressé, et les riches échanges partenariaux ponctués de visites d’installations, de pièces interactives et d’œuvres musicales contemporaines de grande qualité telles que « Deux hommes jonglaient dans leur tête » (compagnie Act Opus de Roland Auzet, ARMO/Cie de Jérôme Thomas et Wilfried Wending) jouée le 1er Avril au grand théâtre d’Albi.

tras_15012016

19 janvier 2016

TRAS / TRANSVERSALE DES RESEAUX ARTS SCIENCES – LYON

15 Janvier 2016: Sixième réunion de la TRAS au TNG (Théâtre Nouvelle Génération) de Lyon. Etaient présents les représentants de scènes nationales comme Lyon, Valence, Grenoble, Nantes St Nazaire ou St Quentin en Yvelines, de centres dramatiques et de réseaux nationaux comme Themaa (Arts de la marionnette, Reims/Paris), de centres culturels ou Art & Science de nombreuses régions (Siana, CC91 en IDF; Maison des Métallos, Paris; AADN, Lyon), de scènes conventionnées (Creil, Compiègne) ou encore de centres nationaux : Arts de la rue (Port St Louis du Rhône) ou GMEA (Centre national de création musicale, Albi). Après un échange sur les récentes productions artistiques comme Nobody de Cyril Teste ou Aperture, le débat a été centré sur les futures actions de la TRAS en tant que réseau transversal constitué, la charte ayant été entérinée lors de notre précédente réunion. Parmi ses missions permanentes, les échanges sur les productions et sur les rapports art-science-société, la production/diffusion d’oeuvres décelées collectivement, la coordination des actions territoriales, le partage et la création d’outils (banque de données nationales, ateliers, workshops etc..) et la fabrique de traces (nouveaux concepts, recherche en art, rapports non académiques à la création, nouvelles écritures) dont on peaufinera la lisibilité à l’échelle nationale et européenne. Plusieurs décisions concernant l’organisation interne de la TRAS et la communication ont été également prises lors de cette réunion. Un CR résumant ces décisions (dont la co-optation des nouveaux membres et la présentation officielle de la naissance de la TRAS au plan national dans le courant de l’année) sera bientôt distribué à l’attention des membres, de nos partenaires et des médias. La prochaine réunion de la TRAS est prévue au GMEA d’Albi en Avril 2016.

TRAS_1et2_12_15

3 décembre 2015

TRAS / TRANSVERSALE DES RESEAUX ARTS SCIENCES – PARIS

2 Décembre 2015: Cinquième réunion de la TRAS à la Maison des Métallos à Paris. Etaient présents les représentants de scènes nationales, d’institutions (CNES, Universités, Centre Pompidou), de collectifs et de centres Art & Science de nombreuses régions. Citons, Grenoble, Creil, Lyon, Paris et IDF (Evry, Chilly Mazarin, St Quentin en Yvelines), Bordeaux, Cherbourg, Albi, Montluçon, Valence, Compiègne, Nantes St Nazaire, Port St Louis du Rhône (13320), Reims, Pays de la Loire. Belle représentation nationale qui a permis à la fois d’ouvrir de nouvelles perspectives sur les actions à mener en commun et de poser des questions de fond quant au mode de fonctionnement de terrain de la TRAS. Après avoir fait un tour d’horizon des productions originales ou des chantiers Art & Science actuellement en lumière comme Kyoto for Ever (COP28), la compagnie Ouvre le Chien avec Renaud Cojo présentée à Bordeaux ou le travail de Chlöe Moglia, la charte de la TRAS a été amendée et définitivement validée par l’ensemble des partenaires présents. C’est une belle victoire, d’autant qu’outre la diversité régionale, ce sont autant les arts plastiques que les arts de la rue, de la marionnette, du cirque,  du théâtre, de la musique ou de la danse qui étaient représentés ! Plusieurs sujets de fond ont été ensuite abordés sur les liens entre art et science, la place de la technologie et du numérique, la notion de performance, la place du spectacle vivant par rapport aux oeuvres plastiques, la nécessité de créer des espaces de recherche et de rencontre communs à l’artiste et au scientifique (incubateurs, ateliers ou plateaux précédant le lancement des projets);  autrement dit de favoriser  la réciprocité, l’intermédialité, les nouvelles formes et la construction de projets en amont. Le rôle de la Transversale est à ce stade de s’adresser à ces différentes temporalités, à la diversité des langages, à la co-construction des projets art-science à la fois dans leurs phases de recherche et de mise au point, puis de production et de diffusion. LA TRAS se confirme donc être une structure ouverte, de partage d’expériences et de pratiques artistiques chargée d’encadrer et de fédérer les initiatives territoriales en constituant des bases de données nationales prenant en compte la spécificité du rapport art-science. Elle se donne également comme mission  de rechercher des financements propres au niveau ministériel et européen afin de soutenir et de pérenniser cette activité.   (Photo: James Bullough, Street Art 3)

12octobre2015_tras

12 octobre 2015

TRAS / TRANSVERSALE DES RESEAUX ARTS SCIENCES – GRENOBLE

9 Octobre 2015 : La 4ème réunion de la T.R.A.S. (formalisée en mai 2015) s’est tenue à l’atelier Arts-Sciences (plateforme commune à l’Hexagone Scène nationale Arts Sciences et au CEA) de Meylan en présence d’une trentaine de protagonistes du milieu de la production et de la diffusion de créations art-science venant de l’ensemble du territoire national  (Lyon, Cherbourg, Nantes, Creil, Paris et l’IdF, Port St Louis du Rhône, Compiègne, Grenoble, Bordeaux). Elle faisait suite au colloque : « Faire théâtre au XXIème siècle » du 8 Octobre consacré aux nouvelles formes d’écritures et de narrations ainsi qu’aux enjeux qui se posent au spectacle vivant dans un monde en pleine mutation scientifique et technologique.  Une des conclusions de ce riche colloque animé par Bruno Tackels (chargé de mission pour la recherche à la DGCA), hormis le constat du lien établi par la dramaturgie  entre l’espace théâtral et sociétal, a été de relever la nécessité absolue de créer une recherche en arts et en actes, une recherche intermédiale et interdisciplinaire qui tienne compte de l’archéologie des médias, des nouveaux imaginaires et de l’écologie de l’attention (Yves Citton).

Or, comme l’a indiqué Michel Ida (directeur de Minatec et de l’innovation au CEA), force est de constater qu’aujourd’hui les innovations majeures ne viennent plus d’un seul camp (la science seule), mais de l’échange entre créateurs. Le regard et l’appropriation des artistes face aux découvertes de la science apporte un plus considérable, qui est partagé, réinventé, conduit à de nouvelles fabriques de forme, une intelligence du sens et un croisement fécond entre les savoirs. Ce constat concerne incidemment les actions de la TRAS, dont la charte est en cours d’élaboration finale, dans la mesure où elle a comme missions essentielles : 1/ de mettre en lien les actions essentielles des réseaux territoriaux, 2/ de faire reconnaître le lien art-science comme une entité à part entière et 3/ d’agir « tout au long de la chaîne allant de la recherche à l’éducation artistique, scientifique et technique en passant par la création, la production, la diffusion, la formation et l’édition« , comme le soulève à juste titre Antoine Conjard (directeur de l’Hexagone, Scène Nationale Arts Sciences de Meylan) qui nous conviait à cette réunion.

Le texte de la charte de St Nazaire présenté par les membres fondateurs a  été enrichi des apports et réflexions de l’ensemble des membres présents à Grenoble, qu’ils soient issus du théâtre, de la création musicale ou chorégraphique, de la médiation ou de la recherche en arts et sciences. Des notions importantes en ont émergées telles l’ajout d’une définition la plus précise possible de la relation art-science (Grégoire Harel, Théâtre de Creil) et sa reconnaissance au plan national, la considération de la gestion de cette relation en tant qu’écosystème complexe (Nicolas Rosette, Centre Dramatique National de Lyon),  la catégorisation contributive et les possibilités de création d’un atelier de recherche prospective via l’ANR (Vincent Puig, IRI, Centre Pompidou, Paris), la coordination nationale des opérateurs territoriaux formateurs de binômes dans le but de créer des bases de données art-science ‘efficientes’  (Marc-W Debono, CCE, Chilly Mazarin) ou encore de la considération de certaines universités ou institutions en tant qu’opérateurs culturels et/ou lieux de production (Vanessa Oltra, Université de Bordeaux).

L’ensemble de ces réflexions et d’autres, comme la place des artistes, la co-optation des nouveaux membres et le rôle de la TRAS en tant que communauté garante et qualifiante de projets Art & Science ont été prises en compte et seront répercutées dans la charte définitive. Le second volet abordé concernait le rôle du futur CNAS de Grenoble et les actions à venir de la TRAS au plan européen (plusieurs pistes existantes sont évoquées). Parmi les autres actions, citons l’alimentation spécifique de bases de données nationales (CNT, etc..), les recherches de financements  et les mesures à prendre dans le champ de l’éducation artistique et culturelle. Sujets qui n’ont pu être qu’abordés dans le temps imparti, mais font désormais partie des items à développer lors des futures réunions de la TRAS dont la fréquence mensuelle a été établie.