En superposant un souvenir sur un autre on en crée un nouveau, ou du moins, on en déforme le premier. Notre mémoire est un labyrinthe de souvenirs que l’on tente de préserver le plus longtemps possible. Certains s’évaporent avec le temps tandis que d’autres tentent de préserver leur image.

Par un jeu volontaire et du hasard, ces compositions de diapositives recréent des bribes de souvenirs. Cependant, il nous est difficile d’en définir les représentations originales. Des milliers de combinaisons sont possibles, chaque composition est unique.

Cette séance de visionnage est laissée à la libre lecture du spectateur.

Je suis née au début des années 90, j’ai connu les diapositives  à l’école, mes parents lors des « célèbres soirées diapos » : cette matière intergénérationnelle qui m’a servi de base leur appartient, elle est leur souvenir…